Lorsque l’échantillon est trop petit pour être manipulé et préparé correctement, il conviendra de l’enrober dans une résine dont les caractéristiques seront choisies en fonction du matériau et de l’analyse à réaliser. La résine protège les rebords de l’échantillon lors de la phase de polissage et permet ainsi une meilleure visualisation des couches de revêtement ou de traitements thermiques en examens microscopiques. En outre, l’échantillon enrobé devient plus facilement préhensible par l’utilisateur et peut être inséré dans la platine porte échantillon d’une polisseuse automatique. Ils existent deux grandes catégories de résines d’enrobage :

  • Les résines dites d’enrobage à chaud qui nécessite l’utilisation d’une presse à enrober chauffante pour leurs mises en forme. Elles se présentent sous la forme de petits granulés qui seront fusionnés et mis en forme avec l’échantillon à l’intérieur de la chambre de moulage de la presse. La température de moulage varie entre 150 et 180 degrés.
  • Les résines dites d’enrobage à froid qui sont directement coulées avec l’échantillon dans un moule d’enrobage et qui ne nécessitent pas l’utilisation d’une machine. Elles sont disponibles en deux composants ; poudre/liquide ou bi composant liquide, qui, une fois mis en contact, entrainent leur durcissement.